Le CCRE publie un rapport sur la façon dont les collectivités territoriales luttent contre le chômage des jeunes

local government  is tackling youth unemployment

Le Conseil des Communes et Régions d'Europe (CCRE) publie son rapport «La lutte contre le chômage des jeunes : renforçons le partenariat entre tous les niveaux de gouvernance », qui présente un état des lieux de la participation des collectivités territoriales à la mise en œuvre de stratégies visant à lutter contre le chômage des jeunes en Europe. Ce rapport répond à l'appel lancé par la Commission européenne aux Etats membres de présenter leurs stratégies nationales de lutte contre le chômage des jeunes dans le cadre de l’initiative « Garantie pour la jeunesse »*. 

Le rapport du CCRE met en évidence les nombreux exemples existant sur le terrain, où les partenariats au niveau local ont donné de bons résultats en termes d'engagement et d’emploi des jeunes. Les clés de la durabilité et de l’efficacité des projets semblent être la décentralisation, le financement intégré et de bons outils de suivi. Le rapport donne l’exemple du Conseil du Comté d’Essex, qui a aidé depuis 2009 plus de 2.100 jeunes à trouver un apprentissage dans des secteurs en expansion. 70% d’entre eux ont trouvé un emploi durable, contre 64%  à l’échelon national.

En outre, sur la base du succès obtenu par de nombreux gouvernements locaux, Mairi Evans, conseiller d'Angus et Présidente de la commission du CCRE des jeunes élus locaux et régionaux, met en avant la nécessité d'une meilleure coopération entre le niveau local et européen : « Les institutions européennes devraient faire référence à l'approche de partenariat dans leurs propositions et conclusions en matière d'emploi des jeunes ", et par ailleurs  « les pouvoirs locaux et régionaux devraient être davantage impliqués dans l'échange systématique et régulier de bonnes pratiques avec les partenaires de l'UE. » 

Néanmoins, le rapport du CCRE révèle également certains obstacles auxquels sont confrontés les gouvernements locaux lors de la mise en œuvre des programmes en faveur de l’emploi des jeunes, y compris les coupes dans les budgets et les services. À cet égard, le CCRE estime que les gouvernements nationaux ne peuvent pas simplement déléguer les responsabilités aux autorités régionales et locales, mais doivent aussi leur donner la possibilité de participer aux différentes étapes de la conception et de la programmation de ces mesures.

La "garantie pour la jeunesse" propose un bon scénario pour impliquer davantage les collectivités locales dans la lutte contre le chômage des jeunes

A l’occasion de son discours lors d'une récente conférence sur la «garantie pour la jeunesse » en Grèce, le Commissaire chargé de l'emploi, des affaires sociales et de l'inclusion, László Andor, a souligné la nécessité d'une approche cohérente et stratégique pilotée au niveau national. Toutefois, il a souligné que « l'action réelle a lieu - ou peut ne pas avoir lieu - au niveau local et régional. ». 

Bien que le CCRE estime que la «garantie pour la jeunesse » soit une bonne initiative pour lutter contre le chômage des jeunes, il est d’avis qu'une certaine flexibilité est nécessaire pour permettre aux autorités locales et régionales de poursuivre leurs travaux liés à la lutte contre le chômage des jeunes, tout en évitant de leur imposer certaines mesures et cibles qui ne sont adaptées ni à leurs moyens ni aux besoins locaux.

* The Youth Guarantee aims to ensure that young people under 25 who have lost their jobs or cannot find it after leaving school are offered a good quality employment, continued education, apprenticeship or traineeship.