Le rapport sur le développement humain 2014 du PNUD préconise un effort collectif et une action coordonnée à l’échelle mondiale

Rapport sur le développement humain 2014 du PNUD

Afin de consolider les acquis en matière de développement, le rapport préconise une action collective plus solide, ainsi qu’une meilleure coordination mondiale, en réponse aux effets des crises qui se manifestent à l’échelle locale.

Des vulnérabilités persistantes menacent le développement humain et, faute d’une approche systématique par le biais de politiques spécifiques et de réglementations sociales distinctes, le développement humain ne sera jamais équitable, ni durable. C’est le thème central du Rapport sur le développement humain 2014. Intitulé Pérenniser le progrès humain : réduire les vulnérabilités et renforcer la résilience, le rapport offre un nouveau regard sur la vulnérabilité et propose des moyens de renforcer la résilience.

Le rapport préconise l’accès universel aux services essentiels, ainsi que des politiques plus fermes en matière de protection sociale et de plein emploi, afin d’encourager et de garantir les progrès réalisés dans le domaine du développement.  Les dernières estimations de l’Indice de pauvreté multidimensionnelle du PNUD révèlent que presque 1,5 milliard de personnes dans 91 pays en développement vivent en situation de pauvreté marquée par des carences cumulées en matière de santé, d’éducation et de niveau de vie. Et malgré une baisse d’ensemble de la pauvreté, le rapport souligne que la prestation universelle de services essentiels est fondamentale pour améliorer la résilience des personnes.

Le thème des services essentiels a été identifié comme une priorité par CGLU. L’importance des gouvernements infranationaux est de plus en plus reconnue à l’échelle internationale, non seulement parce qu’ils garantissent l’accès universel aux services essentiels, mais aussi parce qu’ils ont un rôle à jouer dans la réduction de la pauvreté et le renforcement du développement durable. C’est précisément pour ces raisons que le Troisième Rapport de l’Observatoire Mondial de la Démocratie Locale et de la Décentralisation (GOLD III) est dédié à cette question des services essentiels.

Effort collectif et action coordonnée à l’échelle mondiale

Le rapport lance également un appel pour une action collective plus solide, ainsi qu’une meilleure coordination mondiale et un engagement plus poussé pour consolider la résilience, en réponse aux vulnérabilités qui se manifestent de plus en plus au niveau mondial, quant à leur origine et impact.

Les menaces telles que les crises financières, le changement climatique et les conflits sont de nature transnationale, mais leurs effets sont ressentis au niveau local et national et, bien souvent, se superposent.

Pour renforcer le soutien aux programmes nationaux et ouvrir l’espace politique aux nations afin d’adapter cette approche aux spécificités d’un pays, le rapport demande qu’un « consensus international sur une protection sociale universelle » soit inclus dans l’agenda post-2015.

Le Rapport sur le développement humain 2014 est publié à un moment clé, étant donné que la communauté internationale débat actuellement de la création d’un nouvel agenda de développement, qui sera mis en place après 2015, date de l’échéance des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

Selon les données contenues dans le rapport, ce nouvel agenda de développement devra intégrer tous les processus, reconnaissant ainsi toutes les responsabilités, parmi lesquelles celles des gouvernements locaux et régionaux en tant qu’échelon spécifique de gouvernance et en tant qu’acteurs clés de la construction du développement.

Accédez au Rapport sur le développement humain 2014.