Un panel sur les leçons apprises en matière de démocratie locale s'est tenu le 14 décembre

L'OIDP co-organise “La Covid-19 : Leçons apprises pour la démocratie locale” en collaboration avec CGLU et la ICLD

Dans le cadre de la mise en œuvre du Pacte pour l'avenir que CGLU a convenu de développer lors de son dernier Conseil mondial à Guangzhou, l'expérience #CitiesAreListening, qui a eu lieu le 14 décembre, a abordé le renouvellement de la démocratie locale, un aspect central du Pacte, et la manière dont les leçons apprises pendant la pandémie pourraient nous permettre de concrétiser le décalogue de CGLU pour l'ère post-COVID-19.

 

Après l'introduction par Adrià Duarte, coordinateur de l'OIDP, Emilia Saiz, secrétaire générale de CGLU, a prononcé le discours d'ouverture :

"La démocratie a été mise au défi. La prise de décision au niveau local a été critique, et la défense des biens communs est un sujet clé dans notre vie. Cela rend le débat sur la démocratie locale encore plus pertinent".

Ana Maria Vargas, directrice de recherche au Centre international suédois pour la démocratie locale a modéré la session, à laquelle ont participé Anders Knape, président de l'Association suédoise des municipalités et des régions, Imen Ouardani, adjointe au maire de Sousse et James Manor, professeur émérite de l'École des hautes études de l'Université de Londres.

Anders Knappe a évoqué le cas suédois, où environ 75 % de la prestation de services publics relève de la compétence locale ou régionale (transports publics, soins de santé, éducation, etc.), ce qui signifie que les collectivités territoriales sont véritablement en première ligne face à la crise en Suède. Cependant, les décisions urgentes et sans précédent qui s'imposaient se sont heurtées à un système contraignant : 

"Lorsque nous sommes confrontés à une situation telle que la pandémie, dans laquelle les collectivités territoriales doivent agir, les gouvernements nationaux réagissent avec un cadre législatif dépassé. Nous avons besoin de nouveaux cadres législatifs et de pouvoir disposer des ressources nécessaires".

De plus, le président de l'Association suédoise des municipalités et des régions a souligné que même dans un pays ayant une telle tradition de prestation de services locaux, certains acteurs étatiques ont trouvé dans la crise sanitaire un alibi pour la recentralisation. Il a également fait valoir que si les transferts de fonds sont effectivement indispensables, ils ne peuvent se substituer à des systèmes locaux de prestation de services solides et performants qui peuvent répondre aux besoins des citoyen·ne·s.

Imen Ouardani a expliqué comment la pandémie et la solidarité massive de la population ont aidé la ville à prendre conscience du besoin urgent de participation publique et de numérisation. Malgré le fait que les mécanismes de décentralisation en Tunisie sont relativement nouveaux, elle a déclaré que la société civile est considérée comme un partenaire stratégique de la ville de Sousse.

Emilia Saiz a profité de son intervention pour partager un aperçu des recherches menées par CGLU avec la London School of Economics and Political Sciences sur les initiatives de gouvernance d'urgence dans plus de 50 collectivités locales de 37 pays. La secrétaire générale de CGLU a lancé un avertissement :

"La sous-représentation des groupes vulnérables dans les espaces de prise de décision est un enjeu crucial, et nous devons y faire face. Les espaces de dialogue doivent évoluer, tout comme la relation entre les soins de santé et la prestation de services publics locaux. Nous devons renforcer les systèmes de santé publique par des systèmes de services de base efficaces, car ceux-ci opèrent bien souvent de façon simultanée, ce qui entraîne des déficits de gouvernance”.

James Manor a mis en garde contre les États qui négligent l'expertise des gouvernements locaux et leur connaissance de leurs propres communautés, ce qui est essentiel dans une situation d'urgence comme celle de la Covid-19. Il a ajouté que "les gouvernements locaux ont la capacité d'encourager la confiance et d'aider les gens à surmonter la peur des services médicaux".

La session s'est terminée par la présentation des souhaits exprimés par les participant·e·s pour 2021 : un dialogue structurel, une coopération entre les sphères de gouvernement, un soutien aux efforts des gouvernements locaux et régionaux pour localiser les agendas, et le rassemblement de toutes les parties prenantes ont été considérés comme des éléments essentiels pour une relance réussie.

Tags: