Bureau Executive virtuel - Rome 2020

MERCI A TOUS LES PARTICIPANTS !

La session formelle du Bureau Exécutif de CGLU a eu lieu virtuellement les 28-29 mai.

Les Commissions statutaires, le comité de gestion financière et la commission des affaires statutaires se sont réunit le 27 mai. Un dialogue ministériel avec les gouvernements locaux et régionaux a été organisé le 28 mai dans le cadre du Bureau exécutif de CGLU, qui vise à évaluer comment intégrer l'action climatique dans les mesures de réponse et de relance de COVID19. La session formelle du Bureau exécutif a eu lieu le 29 mai. Les membres ont discuté de la consultation de CGLU sur le processus de l'UN75 ainsi que de la stratégie de CGLU dans l'ère post-COVID.

Partagez sur les réseaux sociaux: #UCLGMeets

Programme du Bureau exécutif

 Jour 1: Mercredi 27 mai 2020 - Commissions institutionnelles

 Jour 2: Jeudi 28 mai 2020 - Dialogue ministériel avec les gouvernements locaux et régionaux

 Jour 3: Vendredi 29 mai 2020 - Bureau exécutif de CGLU

 Jour 1: Mercredi 27 mai 2020 - Commissions institutionnelles

« La situation récente nous invite à intensifier nos interactions, et nous y répondons en maintenant un contact assidu et en offrant un espace important à nos membres pour qu’ils puissent échanger et apprendre. J’espère continuer à apprendre de la Galaxie CGLU, avec vous toutes et tous » Mohamed Boudra, Président de CGLU

La première journée de notre tout premier Bureau Exécutif en ligne, accueilli par la Ville de Rome, a préparé le terrain pour les jours à venir avec la célébration de nos Commissions Institutionnelles : Le Comité de Gestion Financière, présidé par Berry Vrbanovic, Maire de Kitchener, et Madelaine Alfelor, Maire d'Iriga, tous deux trésoriers de CGLU, ont évalué la santé financière de l'organisation et ont abordé plusieurs questions concernant le budget et l'état financier de notre organisation à l'avenir.

"Je suis très heureux de voir une telle participation aux réunions virtuelles, qui témoigne de notre engagement. Je suis sûr que nous resterons plus engagés que jamais, même dans les moments difficiles". Berry Vrbanovic, Maire de Kitchener, Trésorier de CGLU.

"En ces temps difficiles, il est essentiel de rester en contact étroit pour, ensemble, sortir de cette crise" Madeleine Alfelor, Maire d'Iriga, Trésorière de CGLU

La Commission des Affaires Statutaires, présidée par le Président Mohamed Boudra, Maire d'Al-Hoceima, et par le Coprésident Jan Van Zanen, Maire d'Utrecht, qui a abordé le renouvellement et les prochaines étapes de notre organisation afin qu'elle soit mieux adaptée à ses objectifs, plus significative pour ses membres et capable de répondre aux défis de l'ère post-COVID.

"Le travail réalisé au sein de nos mécanismes d'élaboration politique et de consultation a contribué de manière significative au travail de CGLU dans son ensemble, et nous a permis de développer des bonnes pratiques, et de nouveaux récits pour notre mouvement" Jan Van Zanen, Maire d'Utrecht, Coprésident de CGLU.

Demain, notre Bureau Exécutif passera à la vitesse supérieure en accueillant le Dialogue Ministériel avec les gouvernements locaux et régionaux, ce qui représente un pas en avant dans le renforcement du dialogue multi-niveaux, et dans le renforcement du rôle des collectivités locales et régionales au regard de l'agenda climatique. Ne manquez pas cet événement !

 Jour 2: Jeudi 28 mai 2020 - Dialogue ministériel avec les gouvernements locaux et régionaux

Dans le cadre de notre Bureau Exécutif, CGLU a organisé un Dialogue ministériel, en collaboration avec le PNUE, ONU-Habitat, le PNUD et les membres de la Global Taskforce tels qu'ICLEI, le CLGF, et la Convention mondiale des Maires. L'événement de 5 heures a rassemblé plus de 200 participant·e·s et plus de 50 panélistes, avec la participation des responsables de 3 agences des Nations unies (PNUE, ONU-Habitat et PNUD), des ministres d'Italie, d'Indonésie, de Côte d'Ivoire, d'Ethiopie, d'Afrique du Sud, du Chili, et plus de 25 maires et gouverneurs de toutes les régions du monde.

La réunion a constitué une occasion sans précédent d'ouvrir des canaux de communication et de confiance entre les sphères de gouvernement, en renforçant les efforts de coordination pour une mise en œuvre plus efficace des accords sur le climat, tout en gardant à l'esprit la nécessité d'élever l'ambition mondiale et d'accélérer les actions. 

« Notre engagement à réaliser l'agenda climatique en tant que réseau de villes et de régions est inébranlable, et il ne peut être déconnecté de notre engagement en faveur de la paix et du multilatéralisme. En tant que collectif, nous sommes pleinement mobilisé·e·s pour faire en sorte que nos contributions construisent un monde de solidarité et de justice », Dr. Mohamed Boudra, maire d'Al-Hoceima, Président de CGLU

Le président de CGLU, Mohamed Boudra, a salué le rôle moteur d'ICLEI et de la Convention mondiale des Maires en tant que pionniers dans le débat sur le climat au niveau local, et a souligné combien ce travail permettrait à la Global Taskforce d'être davantage reconnue par la communauté internationale.  Le co-président de CGLU et maire d'Utrecht, Jan Van Zanen, a plaidé pour que les sphères locales, régionales et nationales travaillent en collaboration, afin que nous puissions remplir notre rôle de gardiens des agendas universels de développement.     

« Lorsque nous regardons en arrière et voyons l'influence que les villes ont eue depuis l'accord de Paris, il est clair que la question est passée d'un problème entièrement national à une affaire locale, avec la réalité que le changement climatique se produit au niveau local », Bill Peduto, maire de Pittsburgh, membre du conseil d'administration d'ICLEI

Les ministres et les représentants locaux et régionaux ont clairement indiqué que le changement climatique continue à représenter une menace spectaculaire pour le développement durable, causant déjà un impact sans précédent qui pèse de manière disproportionnée sur les couches les plus pauvres, les plus marginalisées et les plus vulnérables de la population. Les discussions ont clairement montré que la décennie à venir constitue une occasion à saisir, en particulier dans le contexte de crise mondiale actuelle.

Le dialogue ministériel a confirmé la nécessité d'établir une définition et des orientations cohérentes sur la contribution que les collectivités territoriales peuvent apporter à la mise en œuvre de l'accord de Paris sur les changements climatiques.

« Nous devons faire en sorte que la croissance urbaine soit verte, que l'avenir soit plus vert et que les villes jouent un rôle crucial pour déterminer comment les pays se remettront de la pandémie », Maimunah Mohd. Sharif, Secrétaire générale adjointe de l'ONU, Directrice exécutive d'ONU-Habitat.

« Nous nous sommes engagé·e·s à atteindre les Objectifs de développement durable et les accords sur les changements climatiques, nous devons créer des opportunités pour que les gouvernements locaux et régionaux soient impliqués, et mettre en place des contributions déterminées à l'échelle nationale plus durables », Steven Heddle, porte-parole pour l'environnement et l'économie, COSLA

Les représentant·e·s locaux, régionaux et nationaux ont mentionné que la reprise devra se faire sans que cela n'entraîne de répercussions sur l'environnement et les émissions de gaz à effet de serre.  Au contraire, cela doit être une occasion unique de réaliser qu'un retour au statu quo après la crise serait non seulement un échec dans la course contre le changement climatique, mais aussi sur le plan de la santé humaine.

« Les solutions, les effets et les causes du changement climatique se concentrent, dans une large mesure, dans les centres urbains. Nous devons faire preuve de courage et d'optimisme pour prendre les mesures qui s'imposent pour lutter contre les changements climatiques », Inger Andersen, Directrice exécutive du PNUE 

« Pour celles et ceux qui veulent nous éloigner les un·e·s des autres pour des raisons politiques et nous diviser, le plus grand antidote se trouve dans nos villes et nos communautés, qui restent unies et fortes », Achim Steiner, administrateur du PNUD

Le Bureau exécutif virtuel #UCLGMeets se poursuit demain, avec la session de travail et la consultation portant sur le processus d'UN75. Ne manquez pas cette réunion ! 

 Jour 3: Vendredi 29 mai 2020 - Bureau exécutif de CGLU

« Les sacrifices consentis par cette génération et celles à venir doivent être reconnus et assortis de mesures destinées à assurer un avenir meilleur. Nous sommes convaincu·e·s que le cadre des ODD est toujours valable pour transformer les sociétés de manière plus durable ; et les gouvernements locaux et régionaux sont prêts à mener le débat sur la manière de réaliser cette transformation ». Mohamed Boudra, président de CGLU, maire d'Al-Hoceima

« Nous devons mieux rebondir, donner un nouveau souffle aux ODD et à la protection de l'environnement, redoubler d'efforts pour lutter contre les changements climatiques, travailler sur la prochaine génération de multilatéralisme qui reconnaisse pleinement le rôle essentiel que jouent les villes et les communautés locales ». Fabrizio Hochschild, secrétaire général adjoint des Nations unies et conseiller spécial pour le 75e anniversaire des Nations unies.

La troisième journée de notre Bureau exécutif a été consacrée à la présentation de la perspective des collectivités territoriales vis-à-vis du multilatéralisme, par le biais du lancement de la consultation mondiale portant sur le processus UN75, au cours de laquelle les dirigeant·e·s locaux et régionaux du monde entier ont fait part de leurs visions, de leurs espoirs et de leurs attentes sur ce à quoi le monde ressemblera en 2045, et sur la manière dont le multilatéralisme aura évolué pour concrétiser cette vision.

Plus de 50 participant·e·s de toutes les régions du monde ont répondu à la consultation, laquelle était structurée autour de trois questions d'orientation portant directement sur la reprise immédiate de la pandémie. Cette consultation visait à offrir aux maires des instruments leur permettant d'imaginer les tendances des 25 prochaines années et la manière dont le système international aura évolué pour, d'ici 2045, inclure toutes les parties prenantes et garantir un véritable système multilatéral.  L'événement a également été suivi par près de 300 participant·e·s et diffusé en direct sur la plateforme YouTube.

Le président de CGLU, Mohamed Boudra, a présenté la consultation lors d'une table ronde d'ouverture en présence de Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Fabrizio Hochschild, secrétaire général adjoint des Nations unies et conseiller spécial pour le 75e anniversaire des Nations unies, Maimunah Mohd. Sharif, secrétaire générale adjointe des Nations unies et directrice exécutive d'ONU-Habitat et Virginia Raggi, maire de Rome.

« Nous devons créer des liens plus profonds et plus étendus entre les gens et aussi utiliser la technologie sans perdre notre identité. Nous devons soutenir une coopération internationale fondée sur la solidarité et nous avons reconnu le rôle des Nations unies dans la promotion de cette coopération ». Virginia Raggi, maire de Rome.

« La pandémie COVID-19 nous a appris que des approches rapides et globales font la différence. En tant que maires, vous êtes les défenseur·e·s des sociétés urbaines vertes, saines et prospères de l'avenir ». Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé.

« Je suis convaincu que dans le monde actuel, marqué par de grands défis, nous avons plus que jamais besoin de l'ONU, nous avons besoin qu'elle soit le projet commun des défenseur·e·s des droits de l'Homme ». Ada Colau, maire de Barcelone, envoyée spéciale de CGLU auprès des Nations unies.

Les participant·e·s ont répondu à la consultation en soulignant à quel point les prochaines années seront cruciales pour surmonter la pandémie. En s'appuyant sur les ODD comme cadre, nous serons en mesure de placer l'égalité au centre des politiques, en veillant à ce que toutes et tous aient accès aux services de base, que les prestataires de services publics soient valorisés et que la prochaine génération de multilatéralisme puisse réunir toutes les parties prenantes à la table des décisions.

« Cette année a débuté avec le lancement de la décennie d'action pour l'Agenda 2030. Il est clair que si nous voulons atteindre les ODD, les villes devront être en première ligne. CGLU a été un partenaire essentiel pour identifier les domaines dans lesquels nous devons investir du temps, de l'énergie et une vision pour soutenir ces objectifs communs ». Maimunah Mohd. Sharif, secrétaire générale adjointe des Nations unies et directrice exécutive d'ONU-Habitat

La session statutaire du Bureau exécutif a eu lieu immédiatement après la consultation, ouverte par le président Mohamed Boudra qui a salué la diversité, la créativité et la vision du réseau et a souligné l'incroyable capacité de l'Organisation mondiale à s'adapter à la nouvelle réalité tout en maintenant les priorités partagées à Tanger.

La session a également été présidée par les coprésident·e·s Thembisile Nkadimeng, maire de Polokwane, et Johnny Araya, maire de San José. La coprésidente Nkadimeng a souligné que les femmes du monde entier souffraient plus profondément de la pandémie que leurs homologues masculins, et a salué les expériences d'apprentissage en direct, en particulier celle sur l'égalité des genres, comme une occasion d'apprendre les unes des autres.

Johnny Araya, maire de San José, a accueilli favorablement le décalogue de CGLU pour l'ère post-COVID, tout en faisant valoir que les mesures ne sont pas seulement destinées à être mises en œuvre dans quelques mois ou années, mais sont nécessaires dès maintenant afin de garantir le respect des droits et de maintenir le lien avec les Objectifs de développement durable. Le Bureau exécutif a également félicité le coprésident Jan Van Zanen pour sa nomination en tant que maire de La Haye.