Conseil Mondial de CGLU 2021

Les réunions du Conseil mondial de CGLU ont eu lieu du 16 au 18 novembre 2021. Sous le thème Villes et territoires intelligents, les piliers de l’agenda commun, le Conseil mondial a rassemblé plus de 500 maires et conseiller·e·s qui ont façonné le plan de travail et les priorités stratégiques de l'organisation et Il a été organisé dans un format hybride dans le cadre du congrès mondial Smart City Expo.

Vous pouvez cliquer sur le lien suivant pour accéder au programme général du Conseil mondial. Visitez notre programme interactif ici

Jour 1 & 2: 15/16.11.2021
Jour 3: 17.11.2021
Jour 4: 18.11.2021

 

Jour 1 et 2: 15/16.11.2021- CGLU se réunit pour aligner ses priorités avec l’agenda commun

Notre Conseil mondial 2021 constitue une rencontre spéciale pour l’ensemble du mouvement municipal. Après près de deux ans de réunions virtuelles, le leadership de CGLU s’est rassemblé de manière hybride dans le cadre du Congrès Mondial de Smart City Expo. Près de 100 personnes se sont rencontrées de manière présentielle et 400  de manière virtuelle tout au long de la semaine pour un sommet qui a abordé le potentiel des gouvernements locaux et régionaux dans la mise en œuvre d’une relance intelligente, comme priorité de l’agenda.

Le Comité de gestion financière et la réunion de la Présidence se sont déroulés lundi 15 novembre. Le trésorier de CGLU, Berry Vrbanovic a rendu compte des dernières actualités concernant l’état financier de l’Organisation mondiale lors d’une session à laquelle était notamment présente l’auditrice honoraire Maria Julia Reyna.

La maire de Barcelone et envoyée spéciale de CGLU, Ada Colau, a accueilli la Présidence et la Vice-présidence de CGLU à l’Hôtel de Ville de Barcelone lors de la réunion de la Présidence en soulignant qu’« il s’agit d’un moment très important pour l’organisation, un moment pour répondre àtous les défis auxquels CGLU doit faire face plus unie et plus puissante que jamais ». La réunion, lors de laquelle s’est rassemblée la Présidence élargie de CGLU, a permis de définir la voie à suivre pour les prochaines réunions de notre Conseil mondial et a compté sur la présence des secrétaires généraux de CGLU.

Le Conseil mondial 2021 de CGLU a officiellement démarré le mardi 16 novembre. Cette journée a été marquée par la participation du Président, des Coprésidents Jan Van Zanen, maire de La Haye, et Thembisile Nkadimeng, ainsi que par la présence de l’envoyé de la Présidence de CGLU et maire de Soria, Carlos Martinez, du président d’UNACLA et maire de Kazan, Ilsur Metshin, des Vice-présidents, Carola Gunnarsson, maire de Sala et Mohamed Saadie, président de CGLU-MEWA. Le maire de Lampedusa, Totò Martello, le président de la doumade Moscou, Alexei Shaposnikov, le maire de Chefchaouen, Mohamed Sefiani, la maire de Tunis, Souad  Ben Abderrahim, et la maire adjointe de Quito, Gissela Chalá ont également participé à la journée.

La première des sessions statutaires, la Commission des affaires statutaires, a réuni plus de 50 participant·e·s et a permis de définir le chemin à suivre pour le reste des réunions statutaires lors d’une séance qui a débattu des prochaines étapes pour le leadership de CGLU. Les derniers développements relatifs au Congrès mondial de Daejeon qui aura lieu en 2022 y ont également été présentés.

Le Bureau exécutif de CGLU a réuni plus de 130 participant·e·s virtuellement et plus de 50 personnes en présentiel. La réunion a pu compter sur la présence de Pilar Conesa, curatrice du Congrès mondial de Smart City Expo, qui a remarqué l’importance d’accueillir le Conseil mondial dans ce cadre en insistant sur le fait que « d’autres acteurs devront aider les villes à se transformer, mais la voix des villes doit rester au centre des discussions autour des villes intelligentes ».

Dr. Mohamed Boudra, président de CGLU, a ouvert la rencontre en affirmant que « cette année complexe a également été celle où nous avons commencé à nous voir les un·e·s les autres, à envisager un avenir post-covid qui place nos communautés au entre, et à renforcer l’importance de l’égalité dans la relance post-pandémique. Le coprésident et maire de La Haye, Jan Van Zanen, a coprésidé la séance, et a mis l’accent sur l’importance du Programme commun du Secrétaire général des Nations unies pour notre mouvement, en remarquant que « ce rapport est d’une importance capitale pour notre mouvement, et je dois dire que nous sommes fiers du dialogue que nous entretenons avec les Nations Unies ».

La Secrétaire générale, Emilia Saiz, a ensuite présenté les résultats du travail réalisé cette année au Bureau exécutif : « en 2021, nous avons placé la provision de services publics au centre, nous avons consacré notre agenda de recherche à approfondir nos connaissances en matière de gouvernance en lien avec l’urgence, les inégalités, le logement ; nous avons promu des outils d’apprentissage permettant de renforcer la résilience et de consolider la localisation des ODD. »

D’importants partenaires, tels que Navid Hanif, directeur du Bureau de financement pour le développement durable d’UN-DESA, a apporté son soutien au plaidoyer et aux actions de CGLU, en particulier concernant le financement durable, en déclarant notamment que « chaque jour, les gouvernements locaux font avancer notre vision collective du développement durable. Nous devons soutenir les gouvernements locaux, garantir qu’ils aient accès à des ressources suffisantes et promouvoir les partenariats. »

 

Le Forum des régions a démarré ses échanges en accueillant la première réunion du Forum mondial des régions, avec des débats sur le rôle fondamental des régions dans la promotion d’une vision territoriale des agendas mondiaux. La session inaugurale du Forum mondial des régions a permis de discuter de pratiques innovantes et de contributions uniques abordant trois grandes thématiques définies au préalable grâce à une consultation menée auprès des membres des gouvernements régionaux, définissant ainsi une feuille de route commune.

« Ce premier forum démontre le processus de maturation de la section des régions, ainsi que son importance au sein du réseau des autorités locales et régionales ». Pablo Jurado, président du Consortium des gouvernements provinciaux autonomes d’Équateur – CONGOPE, et gouverneur d’Imbabura. 

Notre Conseil mondial #UCLGMeets se poursuivra demain avec la session “Villes et territoires intelligents, les piliers de l’Agenda commun”, qui réunira le leadership de CGLU pour débattre de la manière de mettre les technologies au service de nos communautés ; ainsi qu’avec la session statutaire de notre Conseil mondial. Ne la manquez pas !

Jour 3: 17.11.2021 Notre premier Conseil mondial en format hybride nomme une Présidence collégiale pour nous guider jusqu’au prochain Congrès mondial

Notre Conseil mondial hybride #UCLGMeets a atteint des moments fort à deux reprises pendant la semaine : la plénière de notre Conseil mondial s’est déroulée sous l’intitulé « Villes et territoires intelligents, les piliers de l’agenda commun ». Le président Mohamed Boudra, la maire de Sala et vice-présidente pour l’Europe Carole Gunnarsson, la coprésidente Thembisile Nkadimeng, le maire de Kitchener et trésorier de CGLU Berry Vrbanovic, la maire de Tunis Souad Ben Abderrahim et l’adjointe au maire de Quito Gisela Challá sont monté·e·s sur la scène principale du Congrès mondial de la Smart City Expo pour débattre sur l’importance de tirer parti des progrès de la technologie pour le bénéfice de l’humanité, en partageant leurs visions sur ce qui rend les gouvernements locaux et régionaux « intelligents » et les alliés sur lesquels compter pour mettre en œuvre le Programme commun du Secrétaire général des Nations unies.

La session statutaire du Conseil mondial a réuni plus de 150 participant·e·s, en personne et en ligne, y compris des représentant·e·s des Conseils politiques de CGLU. Ce moment d’échanges a été le point fort d’une conférence hybride à laquelle ont participé Philippe Rio, maire de Grigny, Linda Voortman, co-maire d’Utrecht, Alison Evison, présidente de COSLA, Pilar Díaz, adjointe au bureau de la présidente et déléguée aux relations internationales du Conseil provincial de Barcelone, Ada Colau, maire de Barcelone et envoyée spéciale de CGLU auprès des Nations unies, Joanne Vanderheyden, maire de la municipalité de Strathroy-Caradoc et présidente de la FCM, Fatimetou Abdel Malick, présidente du Conseil régional de Nouakchott, Josep Mayoral, maire de Granollers, Francisco Toajas, maire de Las Cabezas de San Juan, Rory Nisan, conseiller de la région de Halton et Qiang Sheng, directeur du Bureau des affaires étrangères de Xi’an.

Le président Mohamed Boudra a passé le flambeau après avoir cédé la Présidence de CGLU, laissant la place à une Présidence collégiale qui s’appuiera sur les connaissances et expériences partagées du maire de Kazan Ilsur Metshin comme président exécutif, le maire de Xi’an Li Mingyuan, la maire d’Iriga Madelaine Alfelor, le maire de Soria Carlos Martínez, le maire de San José Johnny Araya, le maire de Konya Uğur Ibrahim Altay, le maire de Kitchener Berry Vrbanovic, la maire de Barcelone Ada Colau, la maire de Paris Anne Hidalgo et le maire de La Haye Jan Van Zanen. Le président Boudra restera impliqué en tant que président honoraire de CGLU et accompagnera l’organisation mondiale tout au long de l’année jusqu’à notre Congrès mondial en 2022. La coprésidente Thembisile Nkadimeng renoncera également à son mandat à la fin du Conseil mondial car elle a été nommée vice-ministre de la Gouvernance coopérative et des Affaires traditionnelles.

« CGLU est une galaxie qui avance et progresse. Nous pouvons encore atteindre de nombreux objectifs. Je resterai auprès de vous, nous sommes une famille, nous travaillons ensemble pour nos communautés » Mohamed Boudra, président honoraire de CGLU.

Le Conseil mondial a également pu compter sur la présence de partenaires prestigieux telle que la Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme Michelle Bachelet, qui a applaudi le rôle des gouvernements locaux et régionaux dans la lutte contre les inégalités et la promotion des droits humains, reconnaissant l’effort mené avec CGLU pour consolider un réseau de gouvernements locaux et régionaux qui protège les droits humains. Le Secrétaire général adjoint des Nations unies Volker Türk a salué l’engagement de nos membres pour mettre en œuvre le Programme commun du Secrétaire général des Nations unies.

« La collaboration est extrêmement importante. Notre Programme commun prend en compte le Nouvel agenda urbain, et il est crucial de rassembler nos voix, assurer la participation locale afin de concrétiser nos objectifs partagés » Volker Türk, Secrétaire général adjoint des Nations unies.

« Le rôle des gouvernements locaux et régionaux dans la protection des droits humains ne s’est jamais autant ressenti. Cette responsabilité leur permet de porter un processus centré sur les personnes et inciter les communautés à construire des sociétés plus justes et durables » Michelle Bachelet, Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme.

L’atmosphère festive du Conseil mondial s’est fait ressentir lors de la cérémonie de l’OIDP, au cours de laquelle le prix « Meilleure pratique de participation citoyenne » a été remis à la ville de Lima, dont l’expérience « la jeunesse de Lima en action » a fortement permis d’inclure les jeunes dans la vie économique et sociale de Lima. Pendant le Conseil mondial, la quatrième édition du prix de culture de CGLU a également récompensé Medellin et Ségou dans la catégorie « Ville », ainsi que Eusebio Leal et Vandana Shiva dans la catégorie « Personnes ».

Le Conseil mondial de 2021 se clôturera jeudi avec la session finale du Forum mondial des régions de CGLU et la session UBUNTU ! Merci de nous rejoindre, en présentiel et à distance, alors que nous entamons le parcours vers notre Congrès mondial de 2022 !

 

Jour 4: 18.11.2021 Le Forum des régions et le Conseil consultatif UBUNTU proposent une voie pour réaliser le Pacte pour l'avenir

Le dernier jour du Conseil mondial de CGLU, dans le cadre du Congrès mondial Smart City Expo, a vu la clôture du Forum mondial des régions avec la présentation de sa déclaration. Plus de 100 participant·e·s ont rejoint les dialogues politiques de haut niveau dans une session qui a abordé le rôle unique des gouvernements régionaux pour améliorer les liens et la gouvernance collaborative vers un avenir de solidarité avec les communautés, pour les générations actuelles et futures.

La session a été introduite par le coprésident de CGLU et maire de Konya, Uğur Ibrahim Altay, et a compté sur la présence de Pablo Jurado, président de la région d'Imbabura, président de CONGOPE, vice-président de CGLU et président du Forum des régions ; Fatimetou Abdel Malick, présidente du Conseil régional de Nouakchott ; Aníbal Gaviria, gouverneur d'Antioquia ; Kim Borisov, représentant permanent de la République de Sakha (Yakoutie) dans le district fédéral d'Extrême-Orient ; Sergio Graf, secrétaire à l'environnement et au développement territorial de Jalisco et vice-président pour les Amériques de Regions4 ; Mercè Conesa, directrice d'INCASOL, gouvernement de Catalogne ; Luciano Rivas, gouverneur d'Araucanía ; Apostolos Tzitzikostas, gouverneur de la région de Macédoine centrale et président du Comité européen des régions ; et Thembisile Nkadimeng, vice-ministre de la Gouvernance coopérative et des Affaires traditionnelles d’Afrique du Sud, coprésidente honoraire de CGLU.

« Le Forum des régions de CGLU est essentiel pour le renouvellement du contrat social, en fixant une feuille de route clé et en montrant l'importance d'une approche territoriale pour localiser les agendas mondiaux. » Uğur Ibrahim Altay, coprésident de CGLU et maire de Konya.

« Le Forum des régions est essentiel pour le renouvellement du contrat social qui place les soins aux personnes et à la planète au cœur des politiques territoriales. Nous avons établi une feuille de route essentielle pour développer des instruments qui contribuent au dialogue et aux politiques publiques. » Pablo Jurado, président de la région d'Imbabura, président du CONGOPE, vice-président de CGLU pour le Forum des régions

Dorothée Allain-Dupré, cheffe de la Division du développement régional et de la gouvernance multiniveaux à l’OCDE ; Marcela Villarreal, directrice de la Division des partenariats et de la collaboration avec les Nations unies, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et Edgar Pieterse, conseiller CGLU UBUNTU, directeur du Centre africain pour les villes, étaient les partenaires invités à la session, apportant un éclairage sur la manière dont les régions pourraient s'associer pour assurer une transformation écologique et être les moteurs de la croissance économique et du bien-être des populations.

“The UCLG Forum of Regions is essential for the renewal of the social contract, setting a key roadmap and showing the importance of a territorial approach to localising global agendas” Uğur Ibrahim Altay,  Copresident of UCLG and Mayor of Konya.

« Nous avons besoin de l'engagement actif des villes et des territoires : nous ne pouvons pas penser à des systèmes alimentaires qui ne fonctionnent que pour les villes ou les zones rurales. Nous devons penser à des territoires complets dans lesquels tou·te·s les habitant·e·s comptent. » Marcela Villarreal, directrice de la Division des partenariats et de la collaboration avec les Nations unies, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)

La sagesse des conseiller·e·s de CGLU UBUNTU a été mise en évidence lors de la dernière journée de notre Conseil mondial. Les participant·e·s ont formulé des recommandations politiques et envisagé des scénarios futurs pour guider le développement du Pacte en préparation de la grande réinitialisation, en s'inspirant des thèmes du Programme commun des Nations unies.

« Ce dont nous discutons aujourd'hui, ce sont des questions de droits humains de la vie quotidienne : féminiser la politique, politiser la vie quotidienne, et la vie quotidienne, c'est ne pas avoir peur, car la peur est la plus grande barrière. » Ana Falú, conseillère UBUNTU.

« Nous ne pouvons pas parler d'agenda de réinitialisation si tout le monde n'est pas d'accord sur les questions clés. Nous devons nous préparer non pas à un conflit, mais à un concours. Ce concours est réel et comporte de multiples dimensions qui doivent être abordées. » Aromar Revi, conseiller UBUNTU.

Les conseiller·e·s UBUNTU Aromar Revi, Ana Falú, Jorge Pérez Jaramillo et María Fernanda Espinosa ont introduit la conversation à laquelle se sont joint·e·s Mohamed Sefiani, maire de Chefchaouen et président du Forum de CGLU sur les villes intermédiaires, Noraini Roslan, maire de Subang Jaya, Gissela Chalá, adjointe au maire de Quito et José Manuel Ribeiro, maire de Valongo ; Carola Gunnarsson, maire de Sala et vice-présidente de CGLU pour l'Europe ; Tunç Soyer, maire d'Izmir ; Fabiana Goyeneche, directrice des relations internationales de Montevideo ; Marcela Petrantonio, secrétaire des relations internationales de Tandil et secrétaire exécutive de Mercociudades ; Qiang Sheng, directeur du Bureau des affaires étrangères de Xi'an ; Med Wajdi, adjoint au maire de Sfax ; Sergio Arredondo, secrétaire exécutif de FLACMA, ainsi que les partenaires Inés Sánchez de Madariaga, coprésidente de GAP ; Jon Aguirre Such, Urbact ; et Agustí Fernandez de Losada, directeur du programme Global Cities de CIDOB.

« La durabilité, la résilience, la solidarité sont des enjeux fondamentaux pour réajuster nos priorités pour le Pacte pour l’avenir. Le renforcement de l'économie sociale et solidaire, notamment dans les villes intermédiaires, doit également être une priorité. » Mohamed Sefiani, maire de Chefchaouen et président du Forum de CGLU sur les villes intermédiaires

« Nous devons commencer à donner la possibilité aux filles et aux garçons de développer des compétences de la même manière, surtout lorsqu'on parle de numérisation et de technologie. » Carola Gunnarsson, maire de Sala et vice-présidente de CGLU pour l’Europe

« Dans le processus du Nouvel agenda urbain, la participation de toutes les parties prenantes est essentielle. Notre collaboration avec CGLU est fondamentale pour mettre les dimensions des soins et les femmes au centre des débats. » Inés Sánchez de Madariaga, coprésidente de GAP

Voici en résumé notre Conseil mondial #UCLGMeets 2021 ! Nous avons appris à naviguer dans la dimension hybride, nous avons renouvelé notre leadership en vue du Congrès mondial de CGLU en 2022, et nous préparons notre collaboration avec nos partenaires afin d'élaborer un Pacte pour l'avenir qui soit aligné sur notre Programme commun. Nous sommes prêt·e·s à agir pour nos communautés. Restez à l'écoute pour en savoir plus en 2022 !