L'Agenda mondial des gouvernements locaux et régionaux

Quel est notre Agenda mondial ?

L’Agenda mondial des gouvernements locaux et régionaux énonce la vision et les aspirations des gouvernements infranationaux, et explique les contributions que nous pouvons apporter pour assurer un développement durable dans un monde en pleine mutation.

La proximité permet aux gouvernements locaux et régionaux de conforter leurs citoyens dans chaque ville et territoire pour « co-produire » des solutions adaptées pour la réalisation des agendas de développement, afin de réduire la pauvreté, les inégalités, l’insécurité, protéger l’environnement et lutter contre le changement climatique.

Les recommandations suivantes s’appuient sur les recherches et les consultations auprès des gouvernements locaux et régionaux, menées dans le cadre du Rapport mondial sur la démocratie locale et la décentralisation (GOLD IV). Elles reposent également sur les recommandations de la Global Taskforce des gouvernements locaux et régionaux effectuées au cours du processus d’Habitat III e incluses dans L'engagement de Bogota et l'Agenda d'action.  Elles englobent les réformes qui doivent être immédiatement mises en œuvre pour aider les pays, les gouvernements locaux et régionaux et les autres parties prenantes pour la mise en œuvre du Nouvel agenda urbain. Ces recommandations contiennent une série d'actions locales, nationales et mondiales nécessaires pour réaliser les principaux agendas de développement durable y compris l'Agenda 2030, les Accords de Pairs, le Nouvel Agenda Urbain adopté à Habitat III.

L'Agenda mondial est le résultat d´un vast procesus de consultation approfondie entre les members de CGLU et des contributions des élus locaux et professionels des gouvernements locaux et régionaux en répresentation des gouvernements métropolitains, villes intérmediaires, petites villes et administrations régionals.

Ligne d'action des gouvernements locaux et régionaux 

  • Le premier groupe de recommandations, portant sur « l’action locale », explique comment les gouvernements infranationaux peuvent contribuer à la réalisation des ODD, de l’Accord de Paris, du cadre d’action de Sendai et du Nouvel agenda urbain.
  • La deuxième série de recommandations, portant sur « l’action nationale », met l’accent sur les réformes institutionnelles, politiques et légales au niveau national.
  • La dernière série de recommandations, portant sur « l’action mondiale », aborde trois catalyseurs du développement national et local : la gouvernance mondiale, le financement international et la coopération décentralisée.

 

Toutes les recommandations visent à renforcer le rôle des gouvernements locaux et régionaux dans la mise en œuvre du nouvel agenda international afin d’assurer un développement inclusif et durable

L'ACTION LOCALE

Mettre en oeuvre le Nouvel agenda urbain dans les territoires               

En raison des liens de plus en plus étroits qui se nouent entre défis mondiaux et locaux, les gouvernements locaux et régionaux jouent maintenant un rôle plus important au niveau de la régulation du développement urbain et territorial, ainsi que dans la protection des biens communs. Or bien souvent, ils peinent à faire face aux responsabilités dont ils étaient déjà en charge et ne disposent pas de ressources pour répondre à ces nouveaux défis. Pour contribuer à construire ce que les ODD appellent un « monde transformé », les gouvernements locaux et régionaux de toutes les régions du monde doivent être proactifs et s’engagerà réaliser les actions suivantes :

1. Améliorer la capacité de gestion stratégique des gouvernements locaux et régionaux.
2. Promouvoir une participation dynamique et autonome de la société civile en vue de co-créer les villes et les territoires.
3.Tirer profit de la planification urbaine et territoriale intégrée pour façonner l’avenir des villes et des territoires.
4. Garantir l’accès à des infrastructures résilientes et de qualité, aux services de base pour tou-te-s.
5. Développer des opportunités économiques locales pour créer des emplois décents et favoriser la cohésion sociale.
6. Placer le « Droit à la ville » au centre de la gouvernance urbaine et territoriale.
7. Mener la transition vers des villes et des régions résilientes, à faibles émissions de carbone.
8. Promouvoir le patrimoine local, la créativité et la diversité à travers des politiques culturelles centrées sur les personnes.

 

ACTION NATIONALE

Un nouveau système de gouvernance multi-niveaux

Pour assurer leurs responsabilités, les gouvernements locaux et régionaux ont besoin d’un environnement national favorable, avec des cadres juridiques et des moyens adéquats, ainsi que d’un changement dans les approches hiérarchiques (top-down) dans leurs relations avec l’État. Il faut que les problèmes ou les faiblesses des processus de décentralisation dont souffrent beaucoup de pays soient abordés. Les
gouvernements nationaux devraient :

1. Renouveler les cadres institutionnels afin de promouvoir une gouvernance partagée et une décentralisation efficace.
2. Bâtir des politiques urbaines nationales et régionales cohérentes et intégrées, en lien avec les gouvernements infranationaux.
3. Repenser les systèmes de financement infranationaux afin que le financement respecte les principes de durabilité.
4. Impliquer les gouvernements locaux et régionaux dans le suivi des ODD et du Nouvel Agenda Urbain, étayé par des données territoriales précises.

L'ACTION INTERNATIONALE

Les gouvernements locaux et régionaux doivent s’asseoir à la table des négociations mondiales

Pour que les politiques et les accords internationaux puissent s’appuyer sur l’expérience et l’engagement au niveau infranational, il faut que la place des gouvernements locaux et régionaux dans la gouvernance mondiale change. Ceux-ci doivent être associés au processus de consultation en tant que partenaires institutionnels reconnus et organisés au niveau international, plutôt que sous la forme de consultations ad hoc. Les efforts des gouvernements locaux et régionaux pour s’organiser et contribuer à ce processus doivent être reconnus et intégrés dans le schéma de prise de décision, notamment :

1. Inclure les réseaux organisés des gouvernements locaux et régionaux dans les structures de gouvernance des institutions internationales de développement.
2. Créer de nouveaux instruments de financement pour les infrastructures et les services locaux durables.
3. Soutenir la coopération décentralisée, ville à ville, l’apprentissage et le partage des connaissances pour favoriser l’innovation.