Le document de travail de CGLU contribue au débat international sur les indicateurs de l’Agenda post-2015

How to Localize the Targets and Indicators of the Post-2015 Agenda

La publication met en avant la nécessité de mettre en œuvre, à l’échelle locale, le suivi de l’agenda, et propose de possibles indicateurs pour les ODD. In late 2014, UCLG commissioned a working paper on ‘How to Localize the Targets and Indicators of the Post-2015 Agenda’ with the aim of providing the perspective of local and regional governments on the monitoring of the SDGs.

 

Fin 2014, CGLU a lancé un document de travail portant sur « comment définir les cibles et les indicateurs de l’Agenda post-2015 », dans le but de présenter le point de vue des gouvernements locaux et régionaux sur le suivi des ODD.

Ce document réexamine les potentielles sources de données pour toutes les cibles de l’objectif 11 « Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables », ainsi que les cibles d’un certain nombre d’autres objectifs comportant d’importantes dimensions locales. 

Principaux points :

 Objectif 11 « Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables »

L’objectif urbain est le seul qui, parmi les ODD proposés, reconnaisse explicitement les espaces et les acteurs locaux et qui les inclut. Cet objectif représente un véritable potentiel pour mobiliser et renforcer les capacités des autorités locales et régionales et des acteurs urbains, et pour renforcer les liens entre les zones urbaines et rurales, et enfin pour transformer les enjeux urbains en opportunités.

- Localisation

Trop souvent, le terme « localisation » est uniquement utilisé pour se référer à la mise en œuvre de l’agenda à l’échelle locale. Pour CGLU, l’échelle locale doit être prise en considération à tous les stades, depuis la définition des objectifs et des cibles jusqu’au suivi de l’agenda.   

Certaines cibles requièrent des indicateurs localisés car elles relèvent des compétences locales (par exemple, l’éducation). Il est donc important de prendre en compte les inégalités infranationales afin d’identifier les bonnes pratiques et cibler les ressources  pour les orienter là où elles sont le plus nécessaires.   

Les indicateurs localisés ont également une importance particulière  pour des cibles comme la distribution d’eau et l’assainissement, dont la réalisation dépendra de différents indicateurs dans les zones urbaines et rurales.

- Contraintes des données infranationales

De nombreuses sources de données actuelles, aussi bien nationales que mondiales, ne sont pas pour permettre la désagrégation à l’échelle infranationale ou en fonction des zones urbaines/rurales. Alors que certaines zones métropolitaines plus grandes possèdent une solide capacité de recueil des données, ce n’est pas le cas de villes plus petites ou de régions plus pauvres.

- Faisabilité

L’éventail des 17 objectifs et 169 cibles proposés est extrêmement large. Etant donné le grand nombre de cibles et d’indicateurs, il pourrait être pertinent d’envisager la création d’un système d’indicateurs composites afin de rassembler les différents indicateurs dans un seul instrument de mesure. 

Dans les mois à venir, CGLU partagera les conclusions du rapport avec les agences internationales et avec ses partenaires. Nous participerons également aux débats internationaux sur les indicateurs post-2015 dans le cadre de notre travail actuel de plaidoyer en faveur d’un agenda pouvant être mis en œuvre à l’échelle locale et avec succès.

Dates importantes :